Relation entre les niveaux de résistance et l'efficacité du traitement

Les différents SNP de résistance confèrent aux animaux qui les portent différents degrés de résistance aux anticoagulants. En général, la possession d'un SNP de résistance chez le rat et la souris confère une résistance à tous les anticoagulants de première génération, bien que le degré réel de résistance puisse varier. Certains SNP chez le rat et la souris confèrent également une résistance aux composés bromadiolone et difenacoum de deuxième génération. On a trouvé certains SNP qui n'ont aucun effet sur la sensibilité aux anticoagulants.

Le RRAC a mené une série d'études, en collaboration avec d'éminents spécialistes de la résistance, afin de déterminer le degré de résistance conféré par certains des SNP de résistance les plus importants en utilisant la technologie BCR qu'il a développée (voir la monographie technique à l'adresse www.rrac.info). Les tableaux suivants fournissent des données sur le degré de résistance, respectivement, des souches résistantes connues du rat brun et de la souris domestique. Les facteurs de résistance donnés sont les multiples de la dose du composé respectif, qui est nécessaire pour provoquer un certain niveau de coagulation sanguine perturbée chez les animaux de la souche résistante homozygote en comparaison à la souche sensible de référence (voir Tableau 2 et Tableau 3 et Tableau 4 et Tableau 5). Un RF (facteur de résistance) inférieur à 1,0 signifie que la souche testée a répondu un peu plus au traitement expérimental avec l'anticoagulant que la souche de référence. Un RF de 1,0 signifie qu'il n'y a pas de différence entre la souche testée et la souche sensible de référence. Un RF entre 1 et moins de 2 signifie qu'il n'y a qu'une différence mineure, qui n'influencera pas significativement les performances du produit. Des facteurs de résistance plus élevés peuvent être des indicateurs de problèmes pratiques de contrôle, selon le composé concerné.

Lorsque l'on considère le facteur de résistance comme une mesure de résistance, il faut accorder une attention particulière à une analyse statistique plus poussée. Les facteurs de résistance ne sont généralement calculés que comme facteur des valeurs de la DE50 aiguë (à dose unique). Compte tenu des écarts individuels exprimés dans les calculs statistiques tels que les limites de confiance, des différences plus importantes dans la susceptibilité des individus de différentes souches peuvent s'observer. Des informations sont également fournies lorsque de telles souches ont déjà été identifiées (voir Figure 2) et les rodenticides anticoagulants recommandés pour les contrôler (voir Tableau 4 et Tableau 5). Les recommandations pour le contrôle de la souris sont basées sur des expérimentations et des expériences fournies par les membres du RRAC.

Certains polymorphismes de VKOR ont été trouvés qui n'altèrent pas la sensibilité de l'enzyme aux anticoagulants et ne sont donc pas des marqueurs de résistance. Ces polymorphismes ne figurent pas dans le présent bilan.

 

Figure 2. Distribution des souches résistantes aux anticoagulants du rat brun en Europe. Les zones grisées sont destinées à indiquer les emplacements approximatifs des différentes mutations de résistance en Europe et non leur étendue exacte. Données provenant de certaines sources publiées. Pour plus d'informations sur la répartition de la résistance dans certains pays, voir le chapitre 15.


Tableau 2 : Trois des polymorphismes les plus importants de VKOR se sont révélés induire une résistance aux anticoagulants chez les rats bruns (Rattus norvegicus) et des facteurs de résistance chez les rats mâles et femelles résistants, d'après les données BCR. Sont aussi indiquées les valeurs de DE50 de la souche de référence sensible pour les mâles et les femelles en mg/kg de poids corporel. Les données de ce tableau sont le résultat de travaux financés par le RRAC et menés par Dr C. Prescott et M. D. Rymer (Université de Reading, Royaume-Uni) et Dr A. Esther (Julius Kuehn Institute, Allemagne).

 

 


VKORFacteurs de résistance chez les rats homozygotes mâles/femelles
Souche sensible DE50 : (mâles/femelles)BromadioloneDifenacoumBrodifacoumFlocoumafèneDiféthialone
0,47 / 0,620,65 / 0,790,22 / 0,230,29 / 0,340,43 / 0,49
L120Q10 / 144.8 / 122,8 / 6,72,5 / 3,22,2 / 2,3
Y139C17 / 151,6 / 2,91,2 / 1,80,8 / 1,00,5 / 0,8
Y139F7 / 91,4 / 1,91,3 / 1,31,0 / 1,00,9 / 0,8

Tableau 3a : L'un des polymorphismes les plus importants de VKOR s'est avéré induire une résistance aux anticoagulants chez la souris domestique (Mus musculus) et des facteurs de résistance chez les souris résistantes mâles et femelles, d'après les données BCR. Sont aussi indiquées les valeurs de  DE50 de la souche de référence sensible pour les mâles et les femelles en mg/kg de poids corporel. Les données de ce tableau sont le résultat de travaux financés par le RRAC et menés par le Dr C Prescott et Mme Mhairi Stevens (Université de Reading, Royaume-Uni).


VKORFacteurs de résistance chez les souris domestiques homozygotes mâles/femelles
DE de la souche susceptible50: (mâles/femelles)BromadioloneDifenacoumBrodifacoumFlocoumafenDifethialone
1.96 / 1.680.85 / 0.560.39 / 0.350.51 / 0.440.83 / 0.83
Y139C17 / 211.2 / 2.71.7 / 1.90.9 / 1.21.5 / 1.5

Tableau 3b : Facteurs de résistance aux rodenticides anticoagulants de première génération chez la souche de souris Y139C homozygote. Les données ont été fournies par Prescott, Baxter, Coan, Jonses, Rymer et Buckle (Université de Reading).


VKORFacteurs de résistance chez les souris homozygotes mâles/femelles
DE50 de la souche susceptible : (mâles/femelles)ChlorphacinoneCoumatétralylDiphacinoneWarfarine sodique
0,86 / 0,861,95 / 5,020,91 / 0,911,50 / 1,50
Y139C628 / 62832 / 21539 / 539275 / 534

Tableau 4 : Polymorphismes du VKOR et composés recommandés (+) pour lutter contre ces souches du rat brun (Rattus norvegicus), d'après les données BCR et les essais en conditions réelles. Les produits contenant des rodenticides marqués d'un (-) ne doivent pas être utilisés pour lutter contre les souches respectives.


VKORComposés recommandés (+) et non recommandés (-) pour le contrôle
SoucheAnticoagulants de première générationBromadioloneDifenacoumBrodifacoumFlocoumafèneDiféthialone
L120Q---+++
L128Q--++++
Y139C---+++
Y139F--++++
Y139S-+++++

Tableau 5 : Polymorphismes du VKOR pour lesquels il est prouvé qu'ils induisent une résistance à la warfarine chez la souris domestique (Mus musculus), et composés recommandés pour les contrôler (+). Les souches de souris qui résistent à ces composés sont marquées avec (-).


Polymorphisme de VKORComposés recommandés (+) et non recommandés (-) pour le contrôle
SoucheAnticoagulants de première générationBromadioloneDifenacoumBrodifacoumFlocoumafèneDiféthialone
L120Qpas de données disponibles+++
L128S--++++
Y139C--++++
Y139Spas de données disponibles+++
R12W/A26S/ A48T/R61L (souche d'introgression du spretus)---+++