Composés à action subaiguë

Il ne s'agit pas d'anticoagulants, mais de composés appartenant à différents modes d'action. Ils n'agissent pas très rapidement, mais avec un certain délai allant jusqu'à quelques jours.

La brométhaline a été mise au point dans les années 1970. Il s'agit d'un rodenticide à dose unique dont l'utilisation est approuvée aux États-Unis, où son utilisation est limitée aux points d'appâtage à l'intérieur et autour des bâtiments pour la lutte contre les rongeurs commensaux. Dans les années 1970, la brométhaline a été évaluée pour une utilisation en Europe ; cependant, en raison de préoccupations concernant la cruauté animale, le dossier n'a pas été soumis et la brométhaline n'est pas approuvée en Europe. La brométhaline est un neurotoxique. L'utilisation de cette substance augmente aux États-Unis en raison du retrait récent des anticoagulants de deuxième génération du marché amateur.

Le cholécalciférol (vitamine D3) a été développé en tant que rodenticide dans les années 1970. Il présente un risque relativement faible d'empoisonnement secondaire et une faible toxicité pour les oiseaux. En Nouvelle-Zélande, il est enregistré dans les appâts à 0,4 et 0,8 % et aux Etats-Unis à 0,075 %. En Europe, il est pour l'utilisation en appâts à une teneur jusqu'à 0,075 % (approbation du cholécalciférol dans le cadre du BPR en 2019). Le délai avant la mort est semblable à celui des anticoagulants et survient habituellement de 3 à 7 jours après l'administration d'une dose létale. Pour devenir biologiquement et toxicologiquement actif, le cholécalciférol doit subir une conversion métabolique en 25-hydroxycholécalciférol. Ce nouveau métabolite est la forme la plus active sur le plan biologique de la vitamine D3 qui peut causer la calcification des vaisseaux sanguins et la mort par insuffisance cardiaque. De faibles doses de cholécalciférol ont été ajoutées à des anticoagulants contenant des appâts pour augmenter leur efficacité. Il existe des preuves que de faibles doses de cholécalciférol ajoutées à des anticoagulants comme le coumatétralyl peuvent augmenter de façon significative l'efficacité du rodenticide anticoagulant de première génération (FGAR) chez les rats bruns résistants.